enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
le journal de max le journal de max le journal de max
le journal de MaxMANUEL DE DEMISSION MENTALE
le journal de max
Egarement volontairesemaine 1, mercredi 9h00
Martine Marteau<b>semaine 1, mardi 15h30</b> Merci la vie<b>semaine 1, mercredi 15h00</b>
Mon engagement concernant la Charte Qualité me rattrape. Et Numéro 4 n’est toujours pas revenu. Il me faut justifier un délai supplémentaire. Par exemple en faisant disparaître l’indispensable classeur de références. Le hic, c’est que l’objet se trouve en territoire hostile, chez nos amis les clones.

Les clones forment une meute de jeunes loups, tous définitivement perdus, à se faire des UV en plein hiver, se passionner pour la Formule 1 et se finir avec un film X dans une chambre d’hôtel plutôt que de lever une pute d’enfer pour lui arroser le corps avec un Krug Clos du Mesnil, cuvée 1992. Parce que je ne connais et ne connaîtrai jamais rien d’eux, parce que leur vie est cent pour cent synthétique, je les ai numérotés : Numéro 1, 2, 3, 4…

Une vieille photocopie, quelques feuilles vierges, un crayon, je voyage léger. Dans l’open-space, les téléphones chauffent, chacun sourit derrière son combiné. C’est l’esprit gagnant paraît-il. Les clones ne vivent pas la réalité. Ils se la bouffent tels les héros d’un spot publicitaire continu. Pire que la coke ou la caféine, ils roulent à la com. Un ordinateur portable ultraléger, un téléphone-agenda-mayonnaise et go ! La conscience en marmelade, ils défoncent leurs plus belles années pour rembourser la voiture (deux ans), le mariage grandiose (cinq ans), le pavillon de banlieue (vingt ans) et les frasques de madame (à vie).

Le précieux classeur sous le bras, je repars prestement. Direction l’opposé du couloir, le débarras, l’étagère du bas. Encore deux jours de gagnés, avec une facilité déconcertante.
TOUS DROITS RÉSERVÉS