enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
le journal de max le journal de max le journal de max
le journal de MaxMANUEL DE DEMISSION MENTALE
le journal de max
Le maniement du sapinancien texte issu du blog
Lettres aux culottes courtes<b>ancien texte issu du blog</b> Epilogue<b>texte conclusif issu du blog</b>
Etre le premier à faire son sapin de Noël, ça c'est la classe ! Je décroche le téléphone et une heure plus tard, magie du taylorisme, un black endoudouné nous livre le conifère. Le staff reste confit. D'accord, c'est un peu tôt mais le 24, on sera tous en vacances ! Sûr de mon fait, je signe le bon de livraison, passe machinalement la facture à Martine mi-mollette. Un travail de haute volée s'amorce. Robert Houdin pousse à hue et à dia la photocopieuse, Guy froisse méticuleusement le papier crépon, Annie trottine à la recherche des guirlandes, Géraldine découpe l'étoile du berger en tirant la langue. La fine fleur du salariat en action.

En fait, j'ai compris Noël à l'école. Lorsqu'on m'a expliqué que les seigneurs médiévaux donnaient banquet sur banquet pendant que leurs paysans crevaient la dalle. C'est ça Noël. Primes de fin d'année, cadeaux compulsifs et goinfreries de masse. La fête du fric. Foie gras, caviar, truffes... alors que mon meilleur repas fut sûrement un sandwich lors d'une excursion champêtre ou une soupe potagère, un soir près du feu.

Pendant que nos télétubbies jouent à DisneyLand, je m'éclipse dans le bureau de Géraldine et subtilise un somnifère. Demain, j'en connais un qui va bien dormir ! Pendant qu'on y est, pourquoi ne pas trafiquer une boîte de chocolats et faire la tournée générale, façon Vol au dessus d'un nid de coucou ? J'imagine Guy mâchouillant son crépon, Robert Houdin courtisant la photocopieuse, Annie enguirlandée (encore plus) et Géraldine braillant du Tino Rossi en 33 tours. Non, restons souples ! Je suis l'ami des sapins bariolés, l'ami de leurs amis et donc leur ami. Ne gâchons pas cette belle opération marketing.
TOUS DROITS RÉSERVÉS