enregistrerfermerprécédentsuivant
zoom
le journal de max le journal de max le journal de max
le journal de MaxMANUEL DE DEMISSION MENTALE
le journal de max
Le cas Anniesemaine 3, jeudi 11h30
Mozart<b>semaine 3, mercredi 16h00</b> Prosaïque Martine<b>semaine 3, jeudi 15h30</b>
Gégé est catastrophé : Annie-les-gros-mollets vient de restreindre l’accès à Internet. Annie… Tout un poème. Chaque jour, je vois mes collègues s’asseoir sur leurs séants et polir sagement leurs existences, s’appliquant à en rectifier sans cesse le cap, à en élaguer les plus infimes imprévus. A force de se rassurer, ils deviennent ce qu’ils sont déjà : des êtres mesurés, incapables de vibrer, d’avoir le moindre coup de foudre, qui finissent par choisir leurs femmes comme leurs boîtes de petits pois : avec parcimonie.

Sauf Annie.

Annie, c’est la magie des petites crasses par derrière, le brio des crises d’hystérie, l’élégance des chaudes larmes, la puissance des refus inattendus, la surprise des dossiers égarés. Contradiction, étourderie ou simple méchanceté, tout est possible car Annie ne se calcule pas. Elle est à la fois la fin du cogito, l’effondrement du sujet et le dépassement de toute philosophie. Prophète de la mise en page merdique, nabi des parafeurs oubliés, chiromancienne du café froid, sa déraison sonne comme un message : « Tracez votre propre voie, ne suivez que vos instincts et ne vous contentez pas d’être, devenez ! » Non, je rigole. Elle est conne. C’est tout.

La cinquantaine bien tassée, le style boudin sur talons aiguilles, la physiquement incontournable Annie-les-gros-mollets est une sacrée perverse. Dès qu’elle a une once de pouvoir sur vous, comptez sur elle pour trouver la manière la plus astucieuse de vous pourrir la vie. Les clones, qui n’ont pas compris qu’elle tirait jouissance de ces petites tracasseries, s’y cassent les dents régulièrement. De mon côté, je me contente d’éviter la tordue.

Mais là, c’est différent. Apparemment, Annie a fait installer un filtre internet qui bloque l’accès à certains sites, particulièrement ceux que mon pote Gégé affectionne. Faire du zèle n’étant pas sa spécialité, nous pensons sur-le-champ à l’influence de Méga-Man.

Gégé est hors de lui. Comment va-t-il accomplir sa divine mission ? Il projette d’installer à ses frais sa propre ligne internet. Cela risque tout de même de se voir. Ne serait-il pas possible de contourner l’obstacle par l’intermédiaire d’un service de surf anonyme ?

Gégé m’embrasse sur le front. Il va pouvoir repartir à l’assaut des contrées éblouissantes du sexe facile. Nous avons su contourner le piège tendu par Annie. Pour fêter cette victoire, j’invite mon pote à déjeuner. Aux frais de la boîte, cela va de soi.
TOUS DROITS RÉSERVÉS